jeudi 29 décembre 2016

Bûche entremet poire mandarine



Voici ma dernière bûche réalisée pour le Noël de mes gourmands.
Elle est plus esthétique que la précédente, non ?
 J'ai même réussi à faire une coupe assez propre cette fois...  Toujours de belles saveurs fruitées, et du chocolat pour la gourmandise... Je me doutais que la mousse poire serait un peu fade... c'est pourquoi j'ai utilisé des poires fraîches et non des poires en boîte, comme dans toutes les recettes que j'ai trouvées sur le net. Cela reste toutefois un peu trop neutre à mon goût, alors je vous conseille d'ajouter de la vanille, pour lui donner un peu de peps... Par contre, le crémeux mandarine est une tuerie ! Rien à changer, plein de saveur... Côté IG, cette bûche n'est pas à IG bas... J'ai réalisé un mélange de chocolats de couverture à 70 et 35 %. Mais rien ne vous empêche d'utiliser uniquement du chocolat à 70 % ou de laisser le chocolat au bord de l'assiette. Dommage quand même et puis c'est Noël quand même... si vous ne vous faites pas plaisir à ce moment là, vous le faites quand ? Les gavottes utilisées pour le croquant chocolat ne sont pas non plus à IG bas, mais vu la faible quantité utilisée... voilà ! 

Comme vous allez pouvoir le lire dans le déroulé de la recette, j'ai utilisé beaucoup d'idées d'Isa du blog "Pourquoi pas ?" pour réaliser cette bûche. 
Ses recettes d'entremets sont juste fabuleuses ! 
Je vous invite à éplucher son blog qui regorge d'idées originales et savoureuses...

Pour une belle bûche poire / mandarine de 30 x 9 x 6,5 cm : environ 8/10 parts


Le crémeux mandarine :
- 30 cl de jus de mandarine fraîchement  pressé (8 fruits environ)
- zestes de 4 mandarines bio
- 100 g de fructose
- 2 gros oeufs
- 2 cuillers à café rases d'agar-agar

Versez le jus de fruit, les zestes, les oeufs, le sucre et l'agar-agar dans une petite casserole et mélangez l'ensemble au fouet. Portez à feu moyen en fouettant jusqu'à ébullition. 
Versez dans un petit saladier, couvrez et faites refroidir dans un bain-marie froid. Déposez au frais 1/2 heure. Une fois que votre crémeux aura durci, homogénéisez-le au mixer plongeant. Versez dans un moule à insert (ou dans votre moule à cake recouvert de film alimentaire). Faites prendre au moins 6 heures au congélateur.



Le pain de Gênes :
Recette d' Isa du blog "Pourquoi pas ?" 
adaptée à IG bas :

- 70 g de poudre d'amande blanche
- 70 g de sirop d'agave
- 20 g de farine de grand épeautre 150
- 2 oeufs entiers
- une pincée de levure bio instantanée
- 20 g de beurre fondu
- 1/2 gousse de vanille

Préchauffez votre four à 180°C. Dans un blender ou équivalent, versez la poudre d'amande et le sirop d'agave. Mixez jusqu'à obtenir une pâte d'amande semi-épaisse. Ajoutez les oeufs, les grains de vanille et mixez jusqu'à obtenir une pâte liquide mousseuse (2 minutes environ). Raclez bien le contour du fouet et mixez encore quelques instants. Ajoutez le beurre fondu, la farine additionnée de la levure et mélangez. Versez dans un moule (j'ai utilisé un moule à tarte rectangulaire qui a une taille quasi identique à mon fond de bûche), recouvert de papier cuisson et enfournez pour environ 15 minutes. (surveillez, car chez Isa, il ne cuit que 12 minutes). Laissez refroidir sur une grille.  Coupez les bords pour obtenir une coupe nette et à la taille de la gouttière. 


Le craquant au chocolat : toujours la recette d'Isa.
- 40 g de chocolat à 70 %
- 25 g de gavottes (crêpes dentelle bretonnes)

Fondre le chocolat au bain-marie. Ajoutez les gavottes, écrasées dans un sac plastique, à l'aide d'un rouleau à pâtisserie.
Répartir sur le pain de Gênes refroidi en une couche fine et laissez prendre au frais quelques instants.


La mousse poire : 
- 500 g de poires mûres à point (Rochas)
- jus d'1/2 citron jaune
- 100 g de fructose (plus, si vous avez le bec sucré ++)
- 4 feuilles de gélatine
- 350 ml de crème fleurette entière (sans lactose)
- une gousse de vanille

Mettez la gélatine à ramollir dans un grand bol d'eau froide. Epluchez vos poires, coupez-les en deux et épépinez-les. Mixez-les avec le jus de citron et le fructose. Portez sur le feu et chauffez.  Essorez votre gélatine dans du papier absorbant et quand la purée de poire est bien chaude, ajoutez la gélatine. Remuez vivement au fouet manuel pendant une minute, pour bien répartir la gélatine. Versez dans un petit saladier et laissez refroidir complètement (éventuellement dans un bain-marie d'eau froide),  à température ambiante, en
fouettant de temps en temps.
Lorsque votre purée de poires est complètement refroidi, montez votre crème fleurette en chantilly bien ferme, avec les grains de vanille,  et mélangez-la délicatement à la purée de poires.



Le montage :

Coupez une feuille de papier guitare à la longueur de votre gouttière à bûche, mais faites en sorte qu'elle soit plus haute (cela vous permettra de la recouvrir complètement et de la démouler facilement). Déposez-la au fond du moule et versez de la mousse de poire, jusqu'à mi-hauteur. Démoulez votre insert mandarine congelé et posez-le côté bombé vers le fond de la gouttière. Appuyez légèrement et recouvrez de mousse, lissez pour égaliser et déposez le pain de gêne recouvert de craquant chocolat, côté craquant à même la mousse. Congelez au moins 24 heures. Veillez à décongeler votre bûche, 12 heures à l'avance au réfrigérateur.

la déco :  j'ai "encore" repris une idée d'Isa sur sa bûche mangue/passion/cacao/vanille, pour la déco en chocolat froissé.
- du cacao pur
- 130 g de chocolat de couverture (j'ai utilisé 100 g de 70 % et 30 g de 34 % de Valrhona®)
- 10 cl de crème fleurette entière
- 2 cuillers à café de fructose glace (réalisé au blender)
- matériel : une pochette plastique de bureau pour l'effet froissé du chocolat

Froissez la pochette plastique que vous aurez pris soin de laver et sécher au préalable. Posez-la sur une plaque. Tempérage rapide du chocolat : fondre le chocolat noir au bain-marie. Pendant ce temps, coupez le chocolat au lait en petits morceaux, ajoutez le au chocolat fondu, hors du feu, et mélangez quelques instants, jusqu'à obtenir un mélange homogène. Versez aussitôt sur la pochette plastique et laissez prendre au frais quelques minutes. Quand le chocolat est semi-pris, coupez les formes de l'entame de la bûche avec la gouttière à bûche et laissez prendre au frais jusqu'à ce que le chocolat ait bien durci.

Montez la crème en chantilly ferme dans un récipient bien froid. Ajoutez le fructose glace et mélangez au fouet manuel. Versez dans une poche à douille ou un sac congélation.

Poudrez légèrement votre bûche de cacao, puis décorez-la avec la chantilly.

Collez les entames en chocolat sur les extrémités de la bûche et cassez le reste du chocolat en morceaux. Répartissez-le comme vous le souhaitez sur votre bûche.


A table !!!


Petit aparté sur le tempérage rapide du chocolat : je comptais tempérer mon chocolat de façon classique : fondre le chocolat et le monter à 55° C, puis le faire redescendre à 28°C et le faire remonter à 32°C, ... SAUF... que c'est bien entendu le jour où la pile de ma sonde thermique a décidé de me lâcher... un 24 décembre à 15 heures ! Ni une, ni deux, recherches sur le net et j'ai trouvé cette méthode de tempérage qui marche du tonnerre ! Je vous engage à l'essayer, car le chocolat est parfait ainsi, brillant à souhait, consistance idéale...  parfait, quoi !!! 

À bientôt et terminez bien l'année ! 

Print Friendly and PDF

mardi 27 décembre 2016

Bûche entremet framboise passion (presque totalement à IG bas)



Me revoilà avec mes desserts réalisés pour Noël. 
J'avais envie de légèreté, de fraîcheur et de fruits !
Je commence avec ma bûche coup de coeur de cette année, 
la Framboise/passion, qui a délicieusement enchanté nos papilles... 

Cette bûche peut se réaliser bien à l'avance, car vous allez la congeler. Vous n'aurez plus qu'à réaliser le glaçage la veille ou le matin du jour de la dégustation. Elle peut vous sembler difficile d'accès et très longue à réaliser, mais ce n'est pas le cas. Elle est très facile d'accès en fait. Pour la longueur du travail, si vous répartissez le travail sur plusieurs jours, comme je l'ai fait, ce ne sera pas le cas non plus, car chaque étape prend peu de temps en fait.  Je m'y suis prise une semaine à l'avance. Côté matériel, il vous faut absolument un blender (j'ai utilisé le bol de mon cook'in Demarle) pour réaliser la pâte d'amande et un mixer plongeant pour homogénéiser votre crémeux passion. La gouttière à bûche est facultative, vous pouvez très bien réaliser votre bûche dans un moule à cake et votre insert au fond de votre moule à cake. Votre bûche ne sera pas arrondie, c'est tout. Pensez bien à la recouvrir de film alimentaire pour faciliter le démoulage. Sinon, vous pouvez vous procurer des gouttières avec insert pour une vingtaine d'euros. La mienne est un "basique" des magasins Boulanger. La moins chère que j'ai trouvé dans les moules inox. L'insert est en plastique dur transparent. 

Pour une belle bûche framboise/passion de 30 x 9 x 6,5 cm : environ 8/10 parts

Le crémeux passion
- 20 cl de jus pur fruit pêche/mangue/passion (ou tout autre jus exotique sans sucre ajouté)
- 3 fruits de la passion un peu frippés
- 3 cuillers à soupe de fructose
- 2 gros oeufs
- 2 cuillers à café rases d'agar-agar 
- 2 cuillers à soupe de crème épaisse entière (facultatif, ça sera très bon sans aussi)

Versez le jus de fruit, la pulpe et le jus des fruits de la passion, le fructose, l'agar-agar et les oeufs dans une petite casserole et mélangez l'ensemble au fouet. Portez à feu moyen en fouettant jusqu'à ébullition. 
Versez dans un petit saladier, couvrez et faites refroidir dans un bain-marie froid. Une fois que votre crémeux aura durci, homogénéisez-le au mixer plongeant. Versez dans un moule à insert (ou dans votre moule à cake recouvert de film alimentaire). Faites prendre au moins 6 heures au congélateur.

(j'ai doublé les quantités ci-dessous car j'ai réalisé 2 bûches)
- 70 g de poudre d'amande blanche
- 70 g de sirop d'agave
- 20 g de farine de grand épeautre 150
- 2 oeufs entiers 
- une pincée de levure bio instantanée
- 20 g de beurre fondu
- 1/2 gousse de vanille

Préchauffez votre four à 180°C. Dans un blender ou équivalent, versez la poudre d'amande et le sirop d'agave. Mixez jusqu'à obtenir une pâte d'amande semi-liquide. Ajoutez les oeufs, les grains de vanille et mixez jusqu'à obtenir une pâte liquide mousseuse (2 minutes environ). Raclez bien le contour du fouet et mixez encore quelques instants. Ajoutez le beurre fondu, la farine additionnée de la levure et mélangez. Versez dans un moule (j'ai utilisé un moule à tarte rectangulaire qui a une taille quasi identique à mon fond de bûche), recouvert de papier cuisson et enfournez pour environ 15 minutes. (surveillez, car chez Isa, il ne cuit que 12 minutes). Laissez refroidir sur une grille.

Le craquant au chocolat : toujours la recette d'Isa. - c'est la seule partie de la recette qui n'est pas à IG bas à cause des gavottes, mais vu la faible quantité, je n'ai même pas culpabilisé...
- 40 g de chocolat à 70 % 
- 25 g de gavottes (crêpes dentelle bretonnes)

Fondre le chocolat au bain-marie. Ajoutez les gavottes écrasées dans un sac plastique à l'aide d'un rouleau à pâtisserie. 
Répartir sur le pain de Gêne refroidi en une couche fine et laissez prendre au frais quelques instants.

La mousse framboise : (vous en aurez trop, mais je suis sûre que vous allez adorer la déguster en avant-première).
- 500 g de framboises surgelées
- jus d'1/2 citron jaune
- 100 g de fructose (plus, si vous avez le bec sucré ++)
- 4 feuilles de gélatine
- 500 ml de crème fleurette entière (on en trouve même de la "sans lactose")

Faites dégeler vos framboises dans une passoire au-dessus d'un saladier (gardez le jus obtenu).
Faites ramollir la gélatine dans un grand bol d'eau bien froide.
Passez vos framboises au moulin à légumes manuel (c'est l'idéal pour se débarrasser facilement des grains de framboises). Ajoutez au jus de décongélation, puis le jus de citron et le fructose. Portez sur le feu et chauffez.  Essorez votre gélatine dans du papier absorbant et quand le jus de framboise est bien chaud, ajoutez la gélatine. Remuez vivement au fouet manuel pendant une minute, pour bien répartir la gélatine. Versez dans un petit saladier en filtrant à travers un chinois et laissez refroidir complètement, à température ambiante, en remuant de temps en temps.
Lorsque votre jus de framboises est complètement refroidi, montez votre crème fleurette en chantilly bien ferme et mélangez-la délicatement au coulis de framboises.



Le montage :
Coupez une feuille de papier guitare à la longueur de votre gouttière à bûche, mais faites en sorte qu'elle soit plus haute (cela vous permettra de la recouvrir complètement et de la démouler facilement). Déposez-la au fond du moule et versez de la mousse framboise jusqu'à mi-hauteur. Démoulez votre insert passion congelé et posez-le côté bombé vers le fond de la gouttière. Appuyez légèrement et recouvrez d'un peu de mousse, lissez pour égaliser et déposez le pain de gêne recouvert de craquant chocolat, côté craquant à même la mousse. Congelez au moins 24 heures. Veillez à décongeler votre bûche, 12 heures à l'avance au réfrigérateur.

La veille du service :

Le glaçage framboise :
- 300 g de framboises surgelées
- 30 g de fructose
- 2 feuilles de gélatine

Faites ramollir la gélatine dans un grand bol d'eau froide et essorez-la dans du papier absorbant.
Dégelez vos framboises sur le même procédé que pour la mousse. Passez au moulin à légumes. Filtrez bien le jus obtenu pour retirer toutes les graines (j'ai oublié, d'où les petits grains inesthétiques sur le glaçage, la quiche !)...
Ajoutez le sucre, et chauffez le jus obtenu. Ajoutez la gélatine et mélangez bien au fouet manuel pour homogénéiser le mélange. Laissez refroidir dans un bol.

Pendant ce temps, démoulez votre bûche congelée et déposez-la sur une grille, que vous poserez sur un grand plat bien propre. Versez le glaçage sur la bûche. Récupérez le glaçage et réalisez autant de passages que nécessaire, jusqu'à obtenir un joli glaçage bien coloré. J'ai du réaliser 8 passages et au final, il ne me restait quasiment plus de glaçage.
Laissez prendre au frais avant de réaliser la déco finale.





La déco :
10 cl de crème fleurette entière
2 cuillers à café de fructose glace (réalisé au cook'in)
125 g de framboises fraîches
quelques feuilles de verveine fraîche (la menthe serait pas mal aussi)

Montez votre crème en chantilly bien ferme. Lorsque le fouet commence à marquer la crème, ajoutez le fructose glace. Versez dans une petite poche munie d'une douille lisse et décorez la bûche en alternant avec des framboises fraîches et des feuilles de verveine.

Conservez au frais une demi-heure et dégustez. De l'avis de mes gourmands, un délice absolu !

Cette bûche se conserve 2 jours environ, pour lui conserver toutes ces qualités organoleptiques. L'idéal étant de la conserver dans une boîte à bûche achetée chez votre pâtissier, afin qu'elle ne prenne pas les odeurs de votre réfrigérateur.



La découpe n'est vraiment pas belle, mais cela vous donne une idée de l'aspect intérieur... 

Petit aparté sur le glaçage : afin de rester à IG bas, je n'ai pas voulu réaliser de glaçage miroir, car ils contiennent généralement du glucose. J'ai donc obtenu un glaçage qui n'est pas uniforme, puisqu'un peu transparent, qui laisse entrevoir la mousse. Même pas grave... mais je pense qu'en ajoutant du colorant alimentaire, vous pourriez obtenir un effet similaire au glaçage miroir. A vous de voir, j'ai voulu rester le plus naturel possible, la preuve, j'ai laissé les pépins... hum, hum ! 

A très vite avec ma seconde bûche... Quels parfums à votre avis ???
à suivre !


Print Friendly and PDF

mercredi 21 décembre 2016

Gougères (à IG bas)


Avant de revenir vers vous avec mes recettes réalisées pendant les fêtes, je vous publie "encore" une recette de choux... salée cette fois ! Je sais que cela fera plaisir à certaines d'entre vous et que vous aimeriez trouver sur ce blog plus de recettes salées...
Ce n'est pas que je ne consomme que des produits sucrés, mais si je fais attendre mes affamés en leur annonçant que je dois prendre des photos, ça peut les rendre très agressifs en fait ! 
Je plaisante bien sûr, quoi que... parfois... 
Enfin, il faut aussi dire que ma cuisine de tous les jours est assez simple, il faut faire vite, et mes plats ne méritent pas vraiment de figurer sur le blog... 
Et puis il y a aussi les plats qui ne peuvent attendre qu'on les photographie, car ils se consomment bien chauds, sinon ils perdent de leur saveur...
Cette fois, pas d'excuse, les gougères se consomment tièdes ou à température ambiante...  
J'ai pensé que le plat de ma grand-mère serait idéal pour les présenter... Je ne m'étais pas trompée, il est vraiment parfait ce plat pour une telle occasion, non ?
J'ai toujours une pensée émue, pour la femme extraordinairement adorable qu'était ma grand-mère, lorsque j'utilise sa vaisselle. 

Côté IG, ces choux ont un IG bas, proche de 45. Ils sont délicieux avec cette farine, au goût si délicat. J'ai un peu tendance à en mettre partout en ce moment... Ceci étant, si vous l'aimez et la digérez, vous pouvez très bien remplacer l'épeautre intégral par de l'orge mondé, vous obtiendrez une recette avec un IG très bas (proche de 25). quand on voit comme les choux réalisés avec des farines intégrales, sont si faciles à realiser et si bons, on se dit que ça ne vaut vraiment pas la peine d'en réaliser avec des farines blanches, non ? Allez, en cuisine ! 



Pour une belle vingtaine de gougères :
120 ml d'eau 
40 g d'huile d'olive douce
1/2 c à c de fleur de sel 
80 g de farine de grand épeautre T 150
2 œufs 
80 g d'emmental à température ambiante 

Préchauffez votre four à 180°C, en convection naturelle.

Pesez tous vos ingrédients : 
Déposez directement l'eau, l'huile et le sel dans une casserole. Portez à ébullition. 

Ajoutez la farine d'un coup dans le liquide chaud et mélangez vivement. Portez à nouveau sur le feu et mélangez quelques instants, jusqu'à ce que la pâte forme une jolie boule se détachant de la casserole et qu'un film d'amidon voile le fond. 

Hors du feu, ajoutez les œufs battus à la fourchette, un à un, en mélangeant vivement entre chaque ajout. Le premier doit être parfaitement incorporé avant d'incorporer le second.

Ajoutez le fromage râpé et mélangez. Dressez sur une plaque recouverte de papier cuisson, avec 2 cuillers à café ou avec une poche à douille. 

Enfournez pour 25 à 30 minutes. 

Laissez tiédir et dégustez... un régal !


J'en profite pour vous souhaiter de bonnes fêtes de Noël !

A très bientôt.





Print Friendly and PDF

lundi 28 novembre 2016

Éclairs tout chocolat à IG bas



Des éclairs très très gourmands à dévorer ! 

pour 7 éclairs tout chocolat et une chouquette garnis, plus quelques chouquettes nature : 

la pâte à choux : 
8 cl d'eau 
10 cl de lait 1/2 écrémé sans lactose 
70 g d'huile d'olive douce (ou 75 g de beurre)
1 c à c bien arasée de sel 
1 c à c bien arasée de fructose 
100 g de farine de grand épeautre complet 
3 œufs 

La crème pâtissière : 
250 ml de lait 1/2 écrémé sans lactose 
40 g de chocolat noir à 74 % (Guanaja ici)
2 jaunes d'œufs 
30 g de fructose 
20 g de farine de grand épeautre complet 

Glaçage chocolat : 
60 g de chocolat à 74 % 
40 g de beurre doux 
1 c à c de fructose 

On commence avec la crème pâtissière :
- rafraîchissez un plat en céramique au congélateur.  
- chauffez le lait avec le chocolat et laissez tiédir. 
- Fouettez les jaunes d'œufs avec le sucre afin qu'ils blanchissent. Ajoutez la farine et mélangez bien. 
- Ajoutez le lait au mélange, petit à petit en fouettant. 
- versez dans la casserole et portez à feu moyen. Cuire jusqu'aux premiers bouillons sans cesser de fouetter.
- versez dans votre plat en céramique, étalez un peu. Filmez la crème au contact, et gardez au réfrigérateur. 



La pâte à choux : 
- préchauffez votre four à 180° C. 
- dans une casserole, versez l'eau, le lait, l'huile, le sel et le fructose. Portez à ébullition. 
- Hors du feu, versez la farine d'un coup et mélangez vivement au fouet. 
- Passez sur le feu et mélangez jusqu'à ce que la pâte dessèche : elle va se décoller des parois de la casserole, former une jolie boule bien lisse et un fin voile d'amidon au fond de la casserole.
- Ajoutez les oeufs, un par un, en mélangeant bien entre chaque ajout, jusqu'à obtenir une pâte bien lisse. 
- versez dans une poche munie d'une douille d'1 cm de large. 
- dressez vos éclairs sur une plaque recouverte de papier cuisson, puis avec la pâte restante, formez des boules de pâte pour obtenir des chouquettes. 
- Enfournez et cuire environ 25 minutes. 
Sortir du four et laissez refroidir sur une grille. 

La pâte à choux au thermomix : 
- Versez le lait, l'eau, l'huile, le sel et le fructose dans le bol. Portez à ébullition à 120°C. Cela prend moins de 3 minutes. 
- ajoutez la farine d'un coup et mélangez 4 x 5 seconde en fonction turbo. 
- Ajoutez les œufs, un à un, en mélangeant à vitesse 4, environ 30 secondes entre chaque œuf, puis 30 secondes après avoir ajouté le dernier. 
Grattez les bords du bol à la Maryse, mélangez à nouveau, vitesse 4, une petite minute. 
- versez dans une poche à douille et dressez. 
- cuire 25 minutes environ. 

Garnir les choux de crème au chocolat 
- soit vous fendez vos éclairs sur la longueur, avec un couteau dentelé et vous les garnissez à la poche à douille. 
- soit vous percez 3 trous avec une douille fine, et vous fourrez les éclairs par le dessous. 

Le glaçage
- au bain-marie, faites fondre le beurre et le chocolat. Faites refroidir le mélange 5-10 minutes au réfrigérateur, jusqu'à obtenir un mélange onctueux et non coulant. Décorez vos éclairs à l'aide d'une petite cuiller et lissez avec un couteau. Décorez ou non avec ce qui vous plait. Gardez au réfrigérateur jusqu'à dégustation.   

Et régalez-vous !


Cherchez l'intrus !

J'ai eu la flemme de garnir mes éclairs par le dessous, 
cela prend beaucoup plus de temps et j'étais pressée...




Print Friendly and PDF

mardi 11 octobre 2016

Panna Cotta coco cassis et kiwi (IG bas, GP)




Aujourd'hui, je vous propose une petite panna-cotta ultra fondante en bouche, et pour cause... 

Pour 3 belles panna cotta coco, cassis, kiwi :
3 blancs d'oeufs 
30 cl de crème de coco (entière) 
35 g de xylitol (sucre de bouleau)
1 gousse de vanille
Gelée de cassis sans sucre ajouté 
1 kiwi

En cuisine :
  • Préchauffez votre four à 120° C. 
  • Chauffez la crème avec la gousse de vanille fendue dans une casserole. Laissez infuser quelques instants tout en refroidissant. 
  • Grattez les grains de vanille et réincorporez-les à la crème. 
  • Mélangez vos blancs d'oeufs avec le sucre, en les fouettant quelques instants à la fourchette.
  • Ajoutez la crème vanillée et mélangez bien.
  • Versez dans des pots résistants à la chaleur et enfournez dans un bain-marie d'eau chaude. 
  • Cuire 45 minutes, éteindre le four et laissez reposer 1/4 dans le four éteint.
  • Laissez tiédir hors du four et rafraîchir au moins 3 heures avant de déguster.
  • Garnissez de ce que vous avez à disposition ou de ce que vous aimez : ici de la gelée de cassis sans sucre ajouté et un kiwi coupé en morceaux.

Coucou les gourmands,

Comme je vous le disais en en-tête, cette pana-cotta (crème cuite en italien) est ultra fondante en bouche... Et pour cause... Elle ne contient aucun gélifiant, à part le liant apporté par les blancs d'oeufs. Et du coup, elle y gagne en fondant et en onctuosité. J'avais lu sur quelques blogs que la "vraie" panna cotta italienne se réalisait uniquement avec des blancs d'oeufs, mais je n'avais pas encore eue l'occasion de la tester (lisez : je n'avais pas eu de blancs d'oeufs oubliés d'une autre recette depuis un moment). Voilà qui est fait et comment vous dire... Je crois que plus jamais de ma vie je n'en réaliserai autrement ; plus de gélatine ou d'agar-agar, qui au final, retirent son âme à ce dessert. Je vous invite à la tester sans faute, et à utiliser vos jaunes d'oeufs dans une crème anglaise par exemple, une glace, des crèmes brûlées... ou dans la recette à venir... 
 
Vous pouvez bien sûr doubler les proportions si vous êtes nombreux...

Pour réaliser ma recette, je me suis inspirée de la recette de Marie-Claire du blog "Du miel et du sel". j'ai juste changé la nature de la crème et mes garnitures.

Astuce IG bas : en remplaçant la crème de coco par de la crème de vache (fleurette), la recette devient PL (repas de midi avec glucides dont l'IG est très bas). Dans ce cas, on remplace le kiwi qui a un IG à 50 par un fruit dont l'IG est très bas (fraises, framboise, poire...).

Bonne dégustation et à bientôt les gourmands !




Print Friendly and PDF

mardi 13 septembre 2016

Clafoutis aux quetsches et à la cannelle (IG bas, phase 2)



Ingrédients pour un grand plat à gratin (18 x 30) :
30 g de beurre
4 oeufs entiers
5 cuillers à soupe de sucre de bouleau (xylitol)
1 pincée de sel
5 cuillers à soupe de farine de grand épeautre complet (T 150)
25 cl de lait (1/2 écrémé et sans lactose pour moi)
une douzaine de belles quetsches bien mûres (prunes violettes)

Pour saupoudrer après cuisson :
1 cuiller à soupe de sucre de coco
un peu de cannelle en poudre



En cuisine :
- Fondre le beurre dans une petite casserole.

- Nappez-en le fond de votre plat avec un peu du beurre prélevé au pinceau à pâtisserie. Farinez-le.

- Lavez rapidement vos prunes sous l'eau fraîche. Essuyez les avec du papier absorbant. Coupez-les en 2 et déposez-les au fond de votre plat.

- Dans un saladier, mélangez tous les ingrédients : beurre, oeufs, sucre, sel, farine et ajoutez le lait,  petit à petit en remuant.

- Versez sur les fruits et enfournez pour environ 40-45 minutes.

- A la sortie du four, saupoudrez du mélange sucre/cannelle. Laissez tiédir puis mettre au frigo jusqu'à dégustation. Sortez votre plat du réfrigérateur environ 10 minutes, 1/4 d'heure avant dégustation.

Régalez-vous !




Bonjour les gourmands !

Voici notre petit dessert de dimanche, une belle envie de prunes et Oh ! chance ! il y en avait des magnifiques, très mûres chez mon petit primeur préféré ! Donc pas besoin de trop sucrer dans ce cas...

J'ai adapté une recette issue d'un vieux livre de recettes alsaciennes, à IG bas, en réduisant le beurre et le sucre et je me retrouve avec un clafoutis parfaitement fondant, comme je l'aime.
La quantité de beurre est infime, puisque j'ai fait 6 parts ; cela représente à peine 5 g par personne. Sachant que 10 g par jour sont recommandés, (surtout cru pour profiter de ses bienfaits), nous sommes plus que dans les clous. Ce qui est très important, c'est de ne pas brûler votre beurre, car c'est surtout dans ce cas, qu'il est vraiment nocif (ou si vous en consommez trop bien sûr). Sinon, je dis et maintiens qu'un peu de beurre ne tuera personne... Comme toujours c'est l'abus qui est nocif, même si il est vrai, j'essaie de l'utiliser rarement en pâtisserie...

Pour terminer, et concernant la vie du blog, je ne sais pas trop quand et à quel rythme je pourrai publier  désormais, car comme je vous l'avais déjà annoncé il y a environ un an, je me lance dans le BTS diététique. Mes cours sont arrivés aujourd'hui et je vais me donner à fond pour mener à bien ce beau projet qui me tient tant à coeur. Comme vous le comprendrez, cela va mobiliser beaucoup de mon temps... Je n'ai plus 20 ans, et même si c'est un beau projet, il va mettre mon quotidien à rude épreuve... Je souhaite continuer de partager mes recettes en ligne bien sûr, il faudra bien que je me détende de temps en temps, j'espère juste que j'en trouverai le temps, et donc trouver un compromis qui me permette de le faire, même si c'est moins fréquent que jusqu'ici... Ne vous étonnez pas si je ne réponds pas rapidement à vos mails, commentaires ou autres, mais j'essaierai de le faire aussi rapidement que dans la mesure de mes possibilités. Merci de votre compréhension et à bientôt les gourmands !




Print Friendly and PDF

dimanche 4 septembre 2016

Crêpes de grand épeautre, parfumées au rhum (IG bas, phase 2 ou phase 1 - GP)


Ma meilleure recette de crêpes à IG bas
revue le 10/02/2017 avec transformation phase 1 - GP

Pour quelques crêpes - la recette Phase 2 :
- 165 g de farine de grand épeautre T 150
- 1 oeuf
- 1 pincée de fleur de sel
- 1 c à soupe d'huile d'olive
- 2 c à soupe de rhum ambré, complété avec du lait d'amande vanillé, pour arriver à 300 ml. (un peu plus si la pâte est trop épaisse).

Je réalise également cette recette sans oeufs, elle devient alors GP :
- 165 g de farine de grand épeautre T 150
- 1 pincée de fleur de sel
- 2 cuillers à soupe d'huile d'olive douce
- 2 cuillers à soupe de rhum ambré
- 32 cl de lait demi-écrémé sans lactose (c'est toléré, mais l'idéal est d'utiliser du lait écrémé, sauf que je n'en trouve pas "sans lactose"). si la pâte est trop épaisse, vous pouvez en ajouter un peu. Je vous déconseille le lait végétal, j'ai testé et franchement, c'est pas terrible...

En cuisine :

Mélangez farine et sel dans un saladier.

Ajoutez l'oeuf selon la version, l'huile et ajoutez le lait mélangé au rhum progressivement en mélangeant vivement au fouet à main.

Laissez reposer au moins 1/4 d'heure, avant de cuire vos crêpes dans une poêle anti-adhésive légèrement huilée.

Un délice avec du xylitol (sucre de bouleau), de la confiture SSA ou de la pâte à tartiner à IG bas (Dardenne® ou maison - ma meilleure recette est dans mon livre).



Bonjour les gourmands,

Bon, les vacances sont terminées, on reprend les bonnes habitudes gourmandes, mais saines 
et IG bas bien sûr !
Aujourd'hui, je vous offre ma meilleure recette de crêpes à IG bas. Elle est phase 2, et oui, désolée pour celles qui restent en phase 1, mais moi je jette l'éponge !
Parce qu'il n'y a pas à dire, des jaunes d'oeufs dans une pâte à crêpes, et bien cela change tout...
Et puis, je ne supporte plus la farine d'orge mondée, donc je m'adapte...
Par contre, mes recettes sont désormais plus légères : plus de produits laitiers ou alors vraiment très rarement et quand je ne peux pas faire autrement, donc utilisation de laits végétaux, surtout de l'amande vanillé d'ailleurs, car c'est le seul lait que l'on trouve sans maltodextrine de maïs, ingrédient que j'évite dès que je peux.
Et puis j'essaie d'utiliser un maximum de bons gras : de l'huile d'olive, de colza bio dans les recettes crues, et non bio dans les recettes qui nécessitent une cuisson, de noix. Vous l'aurez sûrement compris, j'essaie de limiter les omégas 6, sans les éliminer complètement toutefois, puisqu'il en faut ! et oui, l'organisme en a besoin. On le trouve dans les viandes, les fromages, les charcuteries, mais aussi et là, c'est intéressant pour nos pâtisseries, dans l'huile de coco, et donc dans la margarine à la coco, que vous connaissez déjà, si vous suivez le blog depuis un moment. 
Alors, oui ! ce sont des gras saturés, mais je le répète, il en faut aussi ! Votre corps en a besoin et il ne faut pas les rejeter complètement, juste les consommer avec mesure, car dans l'alimentation actuelle, nous en mangeons trop. Je vous invite à lire (cet article) qui vous montrera que ce n'est pas si compliqué d'équilibrer tout ça.

Et pour terminer, je vous invite également à consulter ma recette de galettes au sarrasin (clic)
phase 2 elle aussi, mais sans conteste, ma recette préférée !
  




  
Print Friendly and PDF

lundi 29 août 2016

Tarte à l'abricot, anis et menthe (2 versions : IG haut et IG bas, PH. 2)




TARTE A L'ABRICOT AU PARFUM D'ANIS ET DE MENTHE :

Utilisez une pâte au choix :
- ici une pâte feuilletée pur beurre du commerce

Garniture :
- des abricots bien mûrs et bien sucrés
- une petite pomme
- du sucre de fleur de coco
- 1,5 pots de 100 g de compote de fruits non sucrée (abricot, pêche,...)
- de l'anis vert en grains,
- 3 belles cuillers à soupe de confiture d'abricot sucrée au jus de pommes (Rigoni di Asiago® pour moi)

En cuisine :
  1. Préchauffez le four à 180° C.
  2. Si nécessaire étalez la pâte feuilletée.
  3. Roulottez le bord.
  4. (*) Versez la compote et étalez en une couche fine.
  5. Disposez les fruits (la pomme est coupée en cubes après épluchage) 
  6. Saupoudrez de sucre de coco (au goût ou selon le degré de sucre de vos abricots).
  7. Saupoudrez de grains d'anis au goût. 
  8. Enfournez pour environ 30 à 35 minutes, dans la partie inférieure du four.
  9. Faites tiédir la confiture d'abricot dans une petite casserole et nappez les fruits et le bord de la pâte 2 fois, à l'aide d'un pinceau à pâtisserie. 
  10. Une fois refroidie, disposez les feuilles de menthe lavées sous l'eau fraîche et séchées. 
  11. Mettez au frais et dégustez fraîche.
Pour réaliser cette tarte à IG bas, vous pouvez utiliser ma recette de pâte feuilletée maison que vous trouverez (ici) ou une pâte au choix parmi toutes mes pâtes maison à IG bas (là).



Bonjour les gourmands !

Non, je ne suis pas morte, mais l'été (et la chaleur surtout), ont eu raison de mon courage pour allumer le four. 
Sans blague, je me suis juste fait plaisir avec des sorbets comme celui-ci (clic)
La flemme passée, certaines occasions nécessitent quand même de passer en cuisine, comme lorsque l'on reçoit par exemple... 

J'avais goûté récemment à la pâtisserie du village voisin, des tartelettes à l'abricot, réalisées (presque) comme cette tarte. Pas d'épices dessus, pas de menthe, un nappage pâtissier à la place de la confiture d'abricot à IG bas, une compote de pommes classique au lieu de ma compote SSA, j'ai eu l'impression que les abricots étaient secs, tellement ils étaient sucrés... Difficile à confirmer... Quoi qu'il en soit, elle était excellente tout de même et j'ai eu envie de réaliser ensuite une version maison plus saine, moins sucrée, même si elle n'est pas à IG bas (vu que j'ai utilisé une pâte du commerce), les sucres utilisés restent des édulcorants naturels, si chers à mon coeur... Je manquais d'abricots alors j'ai ajouté une petite pomme coupée en cubes, mais rien ne vous empêche de n'y mettre que les abricots, ça ira plus vite côté préparation ! (je l'ai également réalisée ainsi, puis avec des pêches, mais sans l'anis).

La recette est super rapide et facile et vous allez vous régaler grâce à la fraîcheur apportée par l'anis et la menthe (inspiration de dernière seconde pour la menthe, mais j'ai toujours aimé associer l'abricot à l'anis vert)... Si vous n'aimez pas l'anis, vous pouvez toujours n'y mettre que la menthe, ou le remplacer par quelques brins de romarin... 

Côté IG, je ne vous mentirai pas, cette tarte n'est pas à IG bas, ni à IG modéré ! L'utilisation de  confiture SSA et de sucre de fleur de coco ne compense pas l'utilisation de farine blanche. Mais ils la rendent nutritionnellement, plus intéressante.   

Voilà pour aujourd'hui, je vous laisse en compagnie de cette tarte estivale et vous souhaite une bonne rentrée pour les concerné(e)s...



Et la voici réalisée avec une pâte brisée à IG bas, pour un moule de 25 cm :
200 g de farine de petit épeautre T 150
30 g d'huile d'olive
40 g de margarine colza/coco vitacoco®
1 cuiller à café de fleur de sel
1 cuiller à café de fructose
1/2 cuiller à café de poudre à lever bio (sans phosphates)
3-4 cuillers à soupe d'eau de source

On mélange, on étale entre 2 feuilles de papier cuisson, on perce à la fourchette avant de procéder comme ci-dessus (*).
Je n'ai mis que des abricots et plein de menthe !



Et la voici enfin, en une version pêche / feuilles de verveine. J'ai oublié la compote, mais c'était très bon aussi.




Print Friendly and PDF

lundi 20 juin 2016

Muffins ultra légers aux myrtilles (et banane) - IG bas, GP -



Voici une délicieuse recette de muffins ultra moelleux, sans lactose et avec gluten réduit de par l'utilisation de la farine de petit épeautre intégrale.
L'utilisation de la banane est facultative, chez nous 2 goûteurs sur 3 ont apprécié.

Pour 12 muffins légers myrtille (banane) :
  • 200 g de farine de petit épeautre complet (T 150)
  • 50 g de poudre d'amande blanche 
  • 140 g de sucre de coco (voire moins si vous avec le bec peu sucré) 
  • Zestes d'un citron bio
  • 15 cl de lait d'amande vanillé (marque Ecomil® pour moi)
  • 4 blancs d'œufs 
  • 1 pincée de sel 
  • 1 poudre à lever bio (sans phosphates)
  • 1 belle cuiller à soupe de myrtilles surgelées par muffin
  • facultatif : 1 banane coupée en petits cubes
  • Grains de kasha pour le dessus 



En cuisine :
Préchauffez votre four à 180° C.

Déposez des empreintes papier dans un moule à muffins. 

Montez vos blancs en neige ferme mais pas trop avec la pincée de sel. 

Dans un saladier, mélangez farine, poudre d'amande et levure. 

Ajoutez les zestes de citron très finement râpés (si possible à la microplane).

Ajoutez le lait d'amande et mélangez rapidement. 

Ajoutez les blancs en neige et mélangez délicatement  à la spatule en soulevant la masse par le dessous. 

Versez un peu de pâte dans les empreintes papier. 

Versez l'équivalent d'une très grosse cuiller à soupe de myrtilles surgelées par dessus. 

Versez à nouveau de la pâte. 

Vous pouvez mélanger rapidement et délicatement avec un cure-dent pour repartir les myrtilles. 

Saupoudrez de grains de kasha. 

Enfournez et cuire 25 minutes environ. 

Vérifiez la cuisson de vos muffins en y plongeant un cure-dent, qui doit ressortir sec. 

Laissez refroidir 5-10 minutes ainsi, puis sur une grille, en dehors du moule. 

Dégustez avec un bon thé. 


Bonjour les gourmands ! 

Comme je vous le disais sur la dernière recette du blog de" la polka à IG bas", voici la recette parfaite pour utiliser les blancs d'œufs abandonnés de la crème pâtissière... 

Vous pouvez bien sûr les congeler : déposez chaque blanc d'œuf dans un moule à empreintes à muffins en silicone et congelez. Dès qu'ils le sont, vous pouvez les détacher des empreintes et les conserver dans un sac congélation bien refermé et les ressortir au besoin... 

... ou alors les utiliser dans cette délicieuse recette de muffins, que vous pouvez modifier selon vos envies, en gardant la même base et en changeant les fruits utilisés... 

Ces muffins sont parfaits car ils ne contiennent aucune matière grasse ajoutée. Ils ne contiennent que les bons gras insaturés (bénéfiques à la santé) des amandes, que ce soit dans le lait ou dans la poudre.

A propos du lait d'amande : si vous êtes observateur (trice), vous aurez remarqué que je n'utilise que le lait d'amande de la marque Ecomil®. Les raisons en sont très simples. Pour commencer, ce lait est sucré au sirop d'agave, que je préfère au sucre de canne pour une raison évidente d'IG... De plus, c'est le seul qui ne contienne pas de maltodextrine de maïs, que j'évite également. De plus, et ce qui ne gâche rien, il est délicieux !

Ces muffins sont vraiment ultra moelleux. Ils seront des alliés parfaits de vos petits déjeuners, car ils sont bien nourrissants.

J'ai décidé de mélanger ces petits muffins avec des myrtilles, ce superfruit plein de qualités ; riche en vitamine A bonne pour nos yeux, en flavonoïdes pour nos neurones, en vitamine C, elle est également excellente pour notre confort digestif (grâce à ses tanins) et enfin, c'est une excellente source d'antioxydants, dont on connait les effets anti-cancer !

N'hésitez pas à venir me faire part de vos impressions si vous les goûtez ! Cela me fait toujours plaisir de savoir comment mes petites recettes sont appréciées... ou pas d'ailleurs... Mais celle-ci devrait vous plaire à coup sûr !

A bientôt les gourmands !



Print Friendly and PDF

samedi 11 juin 2016

la "Polka" ou tarte franc-comtoise (IG bas - phase 2)




Non, non... Nous n'allons pas danser la polka, mais déguster ce délicieux dessert qui en porte le nom... 

Pour une polka à IG bas - recette phase 2 

La pâte sablée :  
  • 250 g de farine de petit épeautre T 150
  • 75 g de margarine Vita coco® 
  • 80 g de fructose 
  • 2 à 4 jaunes d'œufs (jusqu'à obtenir une pâte homogène et souple. la prochaine recette à paraître, vous permettra d'utiliser vos blancs d'oeufs). 
  • 1/2 cuiller à café de sel rose moulu
  • 1 cuiller à café d'arôme concentré de vanille (magasins bio).

La crème pâtissière
  • 6 jaunes d'œufs 
  • 140 g de fructose  
  • 1 litre de lait 1/2 écrémé (sans lactose pour moi)
  • 2 gousses de vanille 
  • 100 g de farine de petit épeautre complet (150).

Le caramel
  • 150 g de fructose
Pour rappel, je trouve tous mes produits de base en enseignes bio.

Réalisez la pâte sablée : 
  1. Mélangez ensemble les 250 g de farine, la 1/2 cuiller de sel et les 80 g de fructose. Ajoutez les 75 g de margarine coupée en tout petits cubes et sablez la pâte du bout des doigts ou avec la feuille du robot. 
  2.  Ajoutez les jaunes d'œufs un par un, et mélangez rapidement.
  3. Laissez la pâte reposer 20 minutes au congélateur, emballée dans du film alimentaire. 
  4. Étalez la pâte entre 2 feuilles de papier cuisson et transvasez dans votre moule. 
  5. Retirez le surplus de pâte. 
  6. Préchauffez votre four à 180°C et cuire pendant 10 minutes, recouvert de papier cuisson et d'un second moule plus petit (pour éviter que la pâte ne gonfle à la cuisson).
  7. Au bout de 10 minutes, retirez le moule et la feuille cuisson supérieure et poursuivez la cuisson environ 5 minutes. 
  8. Sortir du four, démoulez et laissez refroidir sur une claie à pâtisserie.
Puis réalisez la crème pâtissière
  1. Faites bouillir le lait avec la vanille fendue sur la longueur.
  2. Pendant ce temps, fouettez les jaunes avec le sucre. 
  3. Ajoutez la farine et mélangez. 
  4. Retirez les gousses du lait et grattez-les pour retirer les graines, que vous ajouterez au lait.
  5. Versez le lait sur le mélange, petit à petit, en fouettant énergiquement. (vous pouvez incorporer la seconde moitié du lait plus rapidement).
  6. Portez à feu moyen/fort, sans cesser de fouetter, jusqu'à une minute après les premiers bouillons. 
  7. Versez sur la pâte refroidie. 
Et enfin, le caramel

  1. Mettez le fructose à fondre à sec dans une casserole, en remuant à peine pour que tout fonde uniformément, et jusqu'à obtenir un caramel bien ambré. Ne laissez pas trop cuire sinon il serait amer et inutilisable. 
  2. Versez sur la crème pâtissière et laissez prendre au frais au moins 4 heures. 

Cette tarte peut se réaliser la veille pour le lendemain. C'est ainsi que je la préfère, car le caramel va traverser et imbiber la pâte sablée. c'est alors un délice absolu ! 

Vous pouvez aussi réaliser la crème pâtissière en premier, la verser dans un grand plat en verre et la filmer au contact, puis la laisser refroidir au congélateur le temps de réaliser la pâte sablée. Il vous faudra alors la battre à la feuille afin de la lisser, avant de la verser sur votre fond de pâte.



Cette tarte est un des desserts préférés de Monsieur Dessert en particulier, et de toute la famille en général. C'est une recette franc-comtoise, héritée de ma belle-mère, transformée à nos goûts. Vous la trouverez sur le blog dans sa version à IG haut (ici). Mais depuis quelques mois, nous la mangeons tous à IG bas, depuis que j'ai réussi à mettre au point mes dernières pâtes à tarte réalisées avec la margarine colza / coco que vous connaissez bien maintenant, si vous suivez le blog depuis un petit moment. 

La recette est réalisée avec des produits très simples, elle ne semble pas très fine, mais elle est vraiment très goûteuse et d'une gourmandise absolue ! 
Je vous laisse la réaliser et me faire part de vos impressions. 
À bientôt les gourmands ! 


Print Friendly and PDF

jeudi 19 mai 2016

Garniture de quinoa aux petits légumes grillés (IG bas - GP)


Voilà une petite garniture à base de quinoa et de légumes qui devrait ravir vos papilles ! 

pour 2 personnes : 
80 g de quinoa (rouge ou blanc ou 1 mix)
1 échalote
1 petite carotte fane  
le tiers d'une petite courgette 
huile d'olive, sel rose et poivre
de la crème de coco pour lier 
matériel spécifique : cercles en métal pour servir 

En cuisine :
Rincez le quinoa sous l'eau fraîche dans une passoire.  
Faites cuire le quinoa dans un grand volume d'eau salée, pendant une dizaine de minutes à partir de l'ébullition. (le quinoa doit changer d'aspect : un petit filament se détache du grain).
éteignez le feu, et laissez finir de gonfler à couvert 5 à 10 minutes de plus. 
Egouttez bien dans une passoire couverte, au dessus de la casserole, en remuant de temps en temps pour retirer toute l'eau de cuisson. 
Pendant la cuisson du quinoa, préparez les légumes : Épluchez et ciselez l'échalote et les carottes en mini-cubes. (L'échalote doit être émincée encore plus finement). Séparez-les dans des récipients différents. faites de même avec la courgette sans l'éplucher. 
Faites revenir l'échalote quelques instants  à la poêle, dans un peu d'huile d'olive.  
Réservez dans son récipient de départ. 
Faites ensuite revenir la carotte en remuant régulièrement. 
Après c'est à vous de voir : si vous aimez vos légumes croquants, vous les intégrez tels quel à votre quinoa et si vous les aimez plus cuits, vous les rassemblez dans la poêle et vous la couvrez à feu doux quelques minutes. 

Phase finale : rassemblez tout dans la poêle, salez, poivrez au goût et liez avec juste la quantité nécessaire de crème de coco, et remuez jusqu'à ce que le mélange soit chaud. 
Mouler dans des cercles en tassant un peu la surface. décerclez. C'est prêt ! 

Je vous ai un peu abandonnés, j'en suis désolée... un planning de folie ces quelques dernières semaines...

Je vous laisse avec cette petite recette salée très savoureuse, inspirée de celle goûtée dans mon restau alésien préféré : "l'esprit des mets". J'ai juste remplacé la crème fraîche classique par de la crème de coco et utilisé les légumes que j'avais dans mon frigo. Je me suis bien régalée ! 

Vous pouvez voter pour la prochaine recette à paraître entre des makis mangue/salade et une tarte franc-comtoise appelée "polka", à IG bas bien sûr ! (photos dans l'article précédent). 

À bientôt ! 



Print Friendly and PDF

lundi 2 mai 2016

Canelés à IG bas, en 2 versions (IG bas, phase 2)

Et voici de délicieux canelés bordelais, à IG bas, s'il vous plait !!!
De quoi vous régaler sans culpabilité !


Pour environ 26 mini canelés :
RECETTE IG BAS - PHASE 2 - sans lactose
  • 30 cl de lait d'amande vanillé 
  • 20 g d'huile d'olive douce
  • 70 g de farine de petit épeautre T 150 (ou de grand épeautre)
  • 90 g de fructose
  • une gousse de vanille
  • 5 cl de rhum ambré ou d'eau de fleur d'oranger
  • 1 oeuf + 1 jaune
  • une pincée de sel
  • Matériel : un moule à mini canelés en silicone de bonne qualité. Le mien : celui de la marque Demarle®



En cuisine :

La veille :
  1. Dans une petite casserole, chauffez le lait avec l'huile et la vanille égrenée + gousse.
  2. Retirez la gousse, grattez-la à nouveau et intégrez les grains de vanille. Laissez tiédir.
  3. Mélangez ensemble les oeufs avec le sucre. Ajoutez la farine. Vous obtenez une pâte épaisse. 
  4. Ajoutez le mélange de lait vanillé.
  5. Ajoutez le rhum ou la fleur d'oranger et mélangez. 
  6. Versez dans un pichet verseur et filmez.
  7. Laissez reposer 12 heures au réfrigérateur minimum.
Le lendemain :
  1.  Huilez les empreintes à canelés (il existe des sprays très pratiques dans le commerce). Retournez les un quart d'heure pour supprimer l'excédent.
  2. Préchauffez votre four à 250° C.
  3. Mélangez votre pâte et versez-la dans les empreintes jusqu'à 2 mm du bord et cuire 10 minutes. 
  4. Baissez le four à 200°C et cuire 35 minutes de plus.
Le dessous de vos canelés doit être bien ambré et leur tour un peu plus foncé. Si ce n'était pas le cas, prolongez la cuisson de 5 minutes en 5 minutes.

A la sortie du four :
  1. Retournez votre plaque sur une grille et laissez vos canelés refroidir, dans le moule retourné, pendant au moins 30 minutes. Ainsi, ils se démouleront très facilement sans se déformer.
  2. Démoulez délicatement et laissez reposer au moins 3 heures avant de déguster. 
Attention je vous surveille hein ! dit la fille qui n'a pas pu s'empêcher de les goûter tellement ça sentait bon ! 

ceux-ci ont eu un peu chaud, mais ils étaient bons quand même.


Bonjour les gourmands !
Si vous aimez les canelés, vous allez adorer ma recette à IG bas !!! 

Chez moi, il n'y en aurait jamais assez, ils disparaissent super vite et même avant de refroidir, c'est super dur, car les mains sont baladeuses... Je vois mes filles tourner et quand j'arrive dans la cuisine, j'ai l'impression qu'il y en a moins dans le plat... Mes yeux ne me trompent pas, vous pouvez me croire ! Alors j'en viens à les cacher... Il faut être rusé, je vous jure !

Un canelé se doit d'être très parfumé, croustillant dehors et moelleux dedans... Leur secret de réussite  réside dans la cuisson. Il faut une chaleur très forte pour les saisir au dehors, puis baisser la chaleur pour qu'ils cuisent bien à l'intérieur. D'un four à l'autre cela peut varier, je vous dis cela car j'ai eu des ratés au départ. J'espère donc que les chaleurs que je vous donne, correspondront à votre four. Sinon, il vous faudra tester jusqu'à trouver la bonne température de départ (on peut monter jusqu'à 270° C) et augmenter éventuellement le temps de cuisson à 200°C, pour obtenir un canelé cuit à coeur... A vos fours ! 

Pour réaliser de gros canelés, il vous suffit de doubler la dose et d'adapter le temps de cuisson. C'est la couleur de vos canelés qui vous indiquera s'ils sont correctement cuits.


Votez pour la prochaine recette à paraître, entre : 

Un accompagnement de quinoa aux petits légumes grillés :



Une polka ou tarte franc-comtoise vanille/caramel :



des makis salade/mangue/avocat :






Print Friendly and PDF

vendredi 29 avril 2016

Tarte aux fraises à la crème pâtissière (IG bas)


Les fraises commencent à être délicieuses, c'est le moment de préparer une bonne tarte !

Pour une grande tarte aux fraises 
(Moule de 30 cm de diamètre) 
IG bas - phase 2 

La crème pâtissière : 
  • 6 jaunes d'œufs 
  • 140 g de fructose 
  • 1 litre de lait 1/2 écrémé sans lactose 
  • 2 gousses sa vanille 
  • 100 g de farine de petit épeautre complet (150).
Avec une nouvelle recette de pâte sablée 
  • 250 g de farine de petit épeautre T 150
  • 75 g de margarine Vita coco® 
  • 80 g de fructose 
  • 2 jaunes d'œufs 
  • 1/2 cuiller à café de sel rose
  • 1 cuiller à café d'arôme de vanille (magasins bio).
Garniture : 
  • 500 g de fraises parfumées 
  • un peu de sucre glace à IG bas 
  • Facultatif : de la crème chantilly sucrée au fructose glace 


Realisez la pâte sablée
  1. Mélangez ensemble les 250 g de farine, la 1/2 cuiller de sel et les 80 g de fructose. Ajoutez les 75 g de margarine coupée en tout petits cubes et sablez la pâte du bout des doigts ou avec la feuille du robot. 
  2.  Ajoutez les 2 jaunes d'œufs et mélangez rapidement.
  3. Laissez la pâte reposer 20 minutes au congélateur, emballée dans du film alimentaire. 
  4. Étalez la pâte entre 2 feuilles de papier cuisson et transvasez dans votre moule. 
  5. Retirez le surplus de pâte et conservez au congélateur au moins 20 minutes. 
  6. Préchauffez votre four à 180°C et cuire pendant 10 minutes, recouvert de papier cuisson et d'un second moule plus petit (pour éviter que la pâte ne gonfle à la cuisson).
  7. Au bout de 10 minutes, retirez le moule et la feuille cuisson et poursuivre la cuisson d'environ 5 minutes. 
  8. Sortir du four et laissez refroidir. 
Préparez la crème pâtissière très vanillée 
  1. Faites bouillir le lait avec la vanille fendue sur la longueur.
  2. Pendant ce temps, fouettez les jaunes avec le sucre. 
  3. Ajoutez la farine et mélangez. 
  4. Retirez les gousses du lait et grattez-les pour retirer les graines, que vous ajouterez au lait.
  5. Versez le lait sur le mélange, petit à petit, en fouettant énergiquement. (vous pouvez incorporer la seconde moitié plus rapidement).
  6. Portez à feu moyen/fort, sans cesser de fouetter, jusqu'aux premiers bouillons. 
Et enfin, la garniture
Versez la crème pâtissière sur la pâte et laissez refroidir complètement au réfrigérateur, avant de garnir de fraises que vous aurez pris le soin de rincer sous l'eau fraîche, sécher sur du papier absorbant et équeuter. Vous pouvez les couper en 2, en 4, en tranches ou les laisser entières... c'est au choix. Gardez au frais en attendant la dégustation.

À déguster avec de la crème chantilly, ou nappée de gelée, comme ici (clic) pour apporter de la brillance, ou saupoudrée de sucre glace, ou de fins zestes de citron vert (réalisés à la microplane). 



Me revoilà avec une délicieuse tarte aux fraises, que je n'ai pas eu le droit de photographier en coupe, tant nous avions hâte de la dévorer ! Elle fût à la hauteur de nos attentes ! La pâte est un  délice à elle seule. La crème est très vanillée, elle a émoustillé nos papilles ! Le petit épeautre utilisé pour toute la recette est vraiment adapté à ce type de préparations. À préférer à l'orge mondée qui donne une consistance très particulière aux crèmes... et un goût qui n'est pas au goût de tout le monde...  Pour le coup, pas de lait végétal mais un lait de vache sans lactose, parce qu'il faut ce qu'il faut, et je peux vous dire que j'en ai fait des essais avec des laits végétaux... avec la vanille, aucun ne convient ! et là, pour le coup, on a vraiment l'impression de manger une tarte à IG haut ! J'ai bluffé mes invités !

Votez pour la prochaine recette à paraître entre ces quatre recettes à IG bas :


des canelés en 2 versions


des makis à l'avocat, mangue et salade verte


un accompagnement de quinoa aux petits légumes grillés




et une polka (délicieuse tarte franc-comtoise)







Print Friendly and PDF